Skip to main content

✏️ Militantisme & puissance d'agir

2 min read

Miilitantisme & puissance d'agir

Quand on est dans le militantisme écologique ou politique, on se pose souvent la question de l'efficacité et de la pertinence de nos actions.

Entre collibrisme et Grand Soir, je pense qu'il est important de se poser et de réfléchir où et comment on peut maximiser sa puissance d'agir (© Spinoza).

Voici quelques idées jetées :

Notre puissance d'action est le produit de l'impact de l'action (si elle aboutit) X la probabilité de sa réussite.

Ainsi, trier ses déchets a un impact faible mais certain. Organiser une révolution pour faire tomber le capitalisme aurait un impact immense mais une issue très incertaine.

Il me semble que l'optimum de nos actions personnelles se trouve au niveau local (coucou les mouvements municipalistes !).

Passé le niveau personnel, il est nécessaire de s'organiser collectivement pour avoir un impact significatif.

Les actions qui ne sont pas "optimales" ne sont pas à jeter pour autant. Les actions personnelles du quotidien peuvent gagner en puissance par l'effet "d'exemple" et permettent de se sentir en cohérence avec ses valeurs, ce qui est important. De même, les actions de grande échelle peuvent aboutir si on trouve un moyen de fédérer autour de soi.

Sauf que voilà : notre énergie est limitée et les journées ne font que 24h. Le plus sournois dans le militanisme, c'est de souhaiter tout faire : s'engager dans mille projets et ne jamais rien mener à bien. J'ai du mal à échapper à cette tendance ...

Cet optimum est différent pour chacun : il dépend aussi de ses compétences, de ses envies, de son réseau.

Il s'agit en quelque sorte de trouver son "Ikigai" de militant [w.wiki/82C]: le croisement parfait entre ce qui nous éclate, ce pour quoi on est compétent et ce qui contribue le plus efficacement au bien commun.

Il faut se poser ces questions, et ne pas réinventer la roue : amener son énergie et ses talents à un collectif / une initiative existante est plus efficace que de lancer quelque chose dans son coin et de diviser les énergies.

Et vous ? Avez vous trouvé votre Ikigai militant ?

 

[ #DeepFake #PostVérité #IdéeDeStartupUp #ServezVous] Idée d'outil de signature "live" de parole, pour se prémunir des DeepFake

3 min read

Problématique


Il y a quelques temps, j'ai essayé Lyrebird : un outil en ligne de DeepFake qui imite le timbre / son d'une voix et permet de faire dire n'importe quoi à n'importe qui.

Je l'ai entraîné avec seulement 50 phrases sur moi. Il est maintenant capable d'imiter ma voix
Associé aux techniques de DeepFake vidéo n'importe qui pourra bientôt créer des vidéo hyper réalistes de personnages publiques disant à peu prêt n'importe quoi.
L'excellente série Years & Years explore brièvement les conséquences politiques de tels outils.

 

💡 Proposition


Pour contrer ce danger, je pense que l'authentification de l'audio est suffisant : afin de prouver qu'une parole provient bien de telle ou telle personne.
Il me parait tout à fait possible (voire pas très compliqué) de concevoir des applis / appareils autonomes permettant de signer en direct la parole d'un personnage publique, voire d'ajouter un horodatage permettant d'identifier facilement un montage / des coupures.

 

  •  L'appareil calcule en direct l'empreinte audio du message Il utilise la clef privée de l'orateur, associée à sa clef publique (publiée largement sur son site / compte social public) pour signer cette empreinte audio + un horodatage éventuel
  • Cette signature continue est transformée en empreinte audio dans des fréquences / volume ne perturbant pas l'écoute, et intégré à l'audio de sortie (simple sortie haut parleur devrait suffire)
  • De l'autre coté de la chaine, les lecteurs audio / vidéo devront implémenter un décodeur capable de reconnaitre cette empreinte supplémentaire et d'afficher une information d'authentification : avec le nom / horodatage de la parole.

On peut imaginer décliner ça en collier / boucle d'oreille encodant la signature en variations lumineuses plutôt que audio.

L'outil peut être destiné en priorité aux journalistes / radios / TV intégrant cette techno dans leur flux audio. Un service en ligne permettrait à chaque personnage public de déléguer une clef temporaire pour le micro d'un média donnée, le temps de l'interview.


Voilà, si ça vous dit de monter une startup pour développer ce concept, je serais heureux de faire du consulting / dev là dessus 😉

Untitled

1 min read

Article intéressant sur libé :
Lionel Maurel : «On doit pouvoir quitter Facebook sans perdre les liens qu’on y a créés»


Pour pouvoir démanteler Facebook et récupérer le contrôle de nos données, il devrait être possible d'obliger légalement les GAFAMs à l'interopérabilité.

Les outils et protocoles (ActivityPub) existent déjà pour ça.